Voiture et empreinte carbone
Les faits

Calculez l'empreinte carbone de vos transports en voyage

Auteur Blog
Avec amour par
Guillaume
22 septembre 2020
6 min

Au sujet de la pollution des transports, on a souvent tendance à stigmatiser l'avion. Mais qu'en est-il réellement ? Comment peut-on calculer l'empreinte carbone d'un transport ? Peut-on donner le bon dieu sans confession à la voiture ? Quelle est l'ampleur de la pollution de l'avion vs la voiture ? Et par rapport au train, ça coûte combien à la planète ? Face à toutes ces interrogations, les chasseurs de CO2 de la Gazette se sont penchés sur le sujet pour y voir plus clair.

Comment calculer l'empreinte carbone d'un transport ?

Plutôt que de vous faire grand discours, on vous propose de faire "joujou" avec l'excellent calculateur transports d'Ecolab mis en place par l'Ademe qui vous permet de calculer l'empreinte carbone d'un transport en un clin d'œil. A titre indicatif, l'objectif pour limiter le réchauffement climatique est de 2 tonnes de CO2 par an et par personne. On vous en dit plus ci-dessous.

Note : tous les chiffres ci-dessous seront présentés en % du quota CO2 annuel par personne (2 tonnes). Plus parlant !

Comparons maintenant de plus près l'empreinte carbone de nos différents modes de transports.

1. L'empreinte carbone de la voiture vs. le train

Soyons honnêtes : qui dans sa vie ne s'est jamais plaint de la SNCF ? "Et allez, encore un retard !", et autres "encore une grève !" sont presque devenus culturels. Mais rendons à César ce qui appartient à César : le voyage en train, c'est largement mieux que tout le reste pour la planète. Je le dis donc avec fierté : merci la SNCF pour ces voyages à faible empreinte ! La preuve en image et en chiffres.

Pas de doute là-dessus : l'empreinte carbone de la voiture est loin d'être négligeable ! Un Paris-Marseille en train, c'est presque 100 fois moins de CO2 qu'en voiture en voyageant seul.e. Sans parler des autres aspects environnementaux comme la pollution aux particules fines. Merci la SNCF ! (après j'arrête promis)

Note : les chiffres d'émissions des véhicules sont des moyennes sur tout le parc de véhicule français. L'amplitude des écarts dépend bien sûr de votre véhicule en réalité.

2. L'empreinte carbone d'un véhicule électrique et du covoiturage

Concernant la voiture, il va sans dire que les trajets à plusieurs et le covoiturage font baisser la note carbone du trajet de manière assez drastique. Quant aux véhicules électriques, ils émettent certes moins, mais pas beaucoup moins en prenant en compte les coûts carbone de fabrication des véhicules (voir ci-dessous ainsi que les projections de Carbone 4 à horizon 2030 pour plus de détails)

Si vous voyagez en voiture, partez donc à plusieurs, les bébés phoques du pôle nord vous remercieront !

3. L'empreinte carbone de l'avion

Et bien l'avion, ça émet, mais pas forcément plus que la voiture selon la longueur du trajet, si vous voyagez seul ! Le saviez-vous ?

Mais comment se fait-ce ? Et bien tout simplement car les facteurs d'émissions associés à l'avion décroissent en fonction de la distance. En clair, plus vous voyagez loin, moins les émissions par km seront élevées. Mais attention car bien sûr, plus on voyage loin, plus on émet hélas. Eh oui, ce n'est pas si simple de calculer l'empreinte carbone d'un transport ! Satané CO2.

4. L'empreinte carbone d'un voyage lointain

En parlant de calcul d'empreinte carbone de transport, et si on vous proposait une comparaison de voyage local vs voyage au bout du monde ? Impossible bien sûr de comparer un Paris-Ushuaia en avion vs. en train ou en voiture, pour des raisons évidentes. Mais faisons la comparaison suivante, entre 2 voyages durant lesquels honnêtement, pour avoir fait les 2 (avant de connaître l'impact hélas), on voit des paysages relativement similaires (ou presque, permettez moi un peu de mauvaise fois) :

  • Paris - Ushuaia en avion : la Patagonie, le bout du monde, les montagnes, les lagunes, tout ça tout ça.
  • Paris - Chamonix en train : le Mont Blanc, les montagnes, les lagunes (si si), les chamois, tout ça tout ça.

Voici la différence d'impact avec une modeste infographie. Attention, ça pique les yeux.

Au moins 100 fois plus d'impact pour le bout du monde. Pour au moins 100 fois plus de beauté ou de fun ? Pas sûr... Pas sûr du tout même, et là je vous garantis que je suis de bonne foi ! Bref, les Alpes c'est cool non ?

On récapitule

Allez, finis les nœuds au cerveau et les chiffres dans tous les sens. Pour être conscient de l'empreinte carbone des transports pendant nos voyages, retenons juste que :

  • Le train, c'est la vie : merci la SNCF pour ce beau mode de transport bas carbone.
  • Le covoiturage, c'est mieux : 4 fois moins de CO2, ça vaut vraiment le coup de se serrer un peu.
  • L'avion n'est pas le diable : ça émet beaucoup et il vaut mieux éviter, mais pas en échange d'un road trip solo en voiture...
  • Moins loin, c'est mieux : dans tous les cas, une visite des trésors "locaux" en mobilité douce, c'est clairement l'optimum entre plaisir et respect de la planète. Et ce, de très loin.