La Gazette du GreenGo
Couverture du blog La Gazette du GreenGo
Les faits

L'impact carbone du tourisme en 4 images

Ce qu'il faut savoir

Auteur Blog
Avec amour par
Guillaume
26 août 2020
5 min

Cher.e.s ami.e.s, le tourisme fait malheureusement du mal à notre belle planète. Dans l'équipe, nous n'avons découvert que récemment à quel point. Et quand on a vu les chiffres, on a halluciné. On aurait aimé le savoir avant. On vous propose donc une petite introduction sur ce sujet. Pour info, tout simplement, vous en faites ce que vous voulez ! Allez c'est parti, attention les yeux !

Le problème

Empreinte du tourisme

Le tourisme, c'est 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre chaque année. 4 giga-tonnes de CO2-équivalent rejetés dans l'atmosphère chaque année, selon une étude scientifique publiée dans Nature en 2018 [1].

Impact carbone du tourisme mondial
Impact carbone du tourisme mondial - © GreenGo

Explosion

En regardant dans le rétro, les émissions étaient relativement limitées à la fin de la seconde guerre mondiale, avant de s'envoler à partir des années 80. Selon de multiples facteurs aussi bien sociologiques que technologiques, et que nous ne pourrons citer exhaustivement ici : augmentation de la population, essor des congés payés dans les pays développés notamment, progrès techniques de l'automobile et de l'aérien, j'en passe et des meilleures.

Projeté à horizon 2050 par des chercheurs spécialisés selon de multiples facteurs [2], la croissance des émissions semble inexorable à l'avenir, dans un scénario "ne changeons rien" ("Do nothing scenario" as they say). Mais par où on commence docteur ?

Sources d'émissions

Cela nous emmène naturellement aux différentes sources d'émissions touristiques. 75% de ces émissions sont liées au transport, 21% aux hébergements selon une étude de l'organisation mondiale du tourisme [3]. En particulier, 40% du total carbone à l'avion, 32% à la voiture, et seulement 3% au train. 

On le comprend donc, le premier enjeu pour limiter et réduire l'empreinte du tourisme se jouera d'abord sur les transports, suivi des hébergements. Pour aller plus loin sur ces 2 aspects, la gazette vous prépare quelques bonnes feuilles sur le sujet dans les prochaines semaines ! Petite mise en bouche au paragraphe suivant.

Cas de l'avion

En court : il faut commencer par voyager moins loin (ou mieux), car comme vous avez pu le constater sur le graphique précédent, l'avion est le premier émetteur. Quand on regarde les chiffres [4], ça fait très très mal et on aurait vraiment aimé le savoir avant de partir au bout du monde de notre côté... Maintenant qu'on le sait...

Voilà vous êtes averti.es mais vous en faites ce que vous voulez bien sûr.  Pour le reste des transports, on vous en dit plus au prochain épisode car cela mérite bien un article dédié !

Le super résumé

Problème

  • Empreinte : le tourisme compte pour 8% des émissions mondiales chaque année, soit 4 giga-tonnes de CO2 équivalent.
  • Evolution : les prévisions de croissance des émissions liées au tourisme sont exponentielles.
  • Répartition : 75% de l'empreinte du tourisme est liée au transport, 20% à l'hébergement.
  • L'avion : on explose son quota carbone en allant au bout du monde hélas :(
  • Transport et hébergement : le détail au prochain épisode !

Solutions

Des pistes de solutions pour limiter son empreinte touristique :

  • Moins loin : Opter pour des voyages plus "locaux", éviter ou limiter le "bout du monde".
  • Mieux : Utiliser les modes de transports les moins polluants pour vos trajets, train en priorité, penser au covoiturage.
  • Au meilleur endroit : Privilégier des hébergeurs responsables avec une démarche durable, à taille humaine.
  • Informé(e) : Regarder son impact sur un calculateur avant de décider, juste pour savoir.

Source

  1. Lenzen, et al. The carbon footprint of global tourism. Nature Clim Change (lien)
  2. Simplification basé sur Stefan Gössling & Paul Peeters (2015) Assessing tourism's global environmental impact 1900–2050, Journal of Sustainable Tourism (lien)
  3. Organisation mondiale du tourisme, Climate Change and Tourism – Responding to Global Challenges, 2008 (lien)
  4. Calculs GreenGo basé sur ADEME base carbone (lien) et distances fr.distance.to (lien)
Suivez nous sur les réseaux sociaux !